Chanson Française, Humour, Moto, Graphisme & Vidéo

12 décembre 2004

La Tordue

LA TORDUE


Au cours des années 90, un courant dit néoréaliste a envahi le paysage musical français en lui insufflant au passage une énergie poétique tout à fait revigorante. Parmi les figures de proue de cette nouvelle vague, est apparu un groupe tout en franchise gouailleuse, la Tordue.


 
 

La rencontre

C'est  autour du quartier de Belleville à Paris que se sont rencontrés les deux premiers membres de la Tordue. Benoît Morel, rennais de naissance, est plutôt orienté vers l'écriture et vers le dessin. Il est graphiste chez Gallimard (un des plus fameux éditeurs parisiens) lorsqu'il croise le chemin de Pierre Payan, multi-instrumentiste en mal de textes. Tous les deux sont nés dans les années 60 et partagent un même goût pour une chanson littéraire, façon Ferré/Aragon, les frères Prévert ou Gaston Couté, chansonnier anarchiste de la fin de siècle. Benoît expérimente déjà l'écriture avec les Têtes Raides, autre groupe phare de ce mouvement qui nous transporte dans les faubourgs parisiens d'antan bercés par les airs de java et les odeurs d'absinthe.

Désormais, ils sont trois. Les a rejoint Eric Pfil dit Fil, originaire de Savoie. Dès octobre 90, année de leur apparition sur la scène musicale, ils sortent un 45 tours à compte d'auteur. On les voit tout naturellement en première partie des Têtes Raides. Leur premier passage en tête d'affiche se fait en mars 92 dans le petit théâtre parisien du Tourtour. Leurs prestations font craquer public, critiques et professionnels. Ils sont drôles, tendres, et manient un nombre incalculable d'instruments (bandonéon, guitare, piano, accordéon, contrebasse, scie musicale, casserole, .).

 
 
  La scène

Depuis leurs débuts, ils ont largement fréquenté les scènes en tous genres, de la rue aux festivals. Mais après le Tourtour, c'est une tournée de 400 dates, essentiellement en France, qui suit. C'est ainsi qu'ils se retrouvent sur la scène du Sentier des Halles, minuscule salle parisienne qui a vu débuter nombre de grands noms. Désormais, cette scène devient un peu leur rendez-vous régulier dans la capitale.

En 93, ils ouvrent le festival rock des Transmusicales de Rennes. Puis l'année suivante, ils sont sélectionnés par le FAIR (Fonds d'Aide à l'Initiative Rock) et remportent le concours du Tremplin du Chorus des Halles. Ce n'est pas fini, puisqu'en 94, ils reçoivent le Grand Prix du Sentier des Halles et le Prix du coup de cour francophone. Le 19 juin, ils font la Fête de la Musique en Roumanie, puis le 13 juillet ils sont invités des Francofolies de la Rochelle.

 
 
  Le disque

Sans album et presque sans promo, la Tordue se fait un nom. Lorsque sort leur CD "Les Choses de rien" en mai 95, le succès n'est donc pas étonnant. En trois mois, l'album part à plus de 3000 exemplaires, joli score pour un disque vendu sans publicité aucune. La seule pochette est très remarquée. Elle est le fruit du travail d'un groupe de graphistes, les Chats Pelés, comprenant Benoît de la Tordue, mais aussi Christian des Têtes Raides. L'accueil critique est excellent et pas un journal ne les ignore.

Les concerts continuent de plus belle. En mars 96, un concert est organisé à la Cité de la Musique avec leurs amis des Têtes Raides, mais aussi Casse-Pipe et Miossec, autres représentants actifs d'une chanson française alliant tradition réaliste et rock. Quelques mois plus tard, ils sont de retour aux Francofolies de la Rochelle.

C'est le 1er avril 1997 que sort leur second album, "T'es fou". La Tordue ne déçoit pas et l'accueil est aussi bon que lors du premier opus de 95. Ils sont même récompensés du prestigieux prix de l'Académie Charles-Cros, et se retrouvent ainsi sur les traces des plus grands. Une très longue tournée s'ensuit avec un passage en Europe de l'Est du 20 juin au 5 juillet. Puis du 4 au 23 novembre, ils passent trois semaines sur la scène de l'Européen à Paris.

 
  Dans le vent

En mars 2000, la Tordue sort son nouvel album "Le Vent t'invite". Joli succès pour ce troisième disque bien réalisé et qui impose le groupe comme un des plus intéressants de la jeune chanson française. Une tournée s'ensuit avec une escale parisienne à la Cigale fin mars. L'année suivante, le groupe fête ses 10 ans d'existence, plus de 1000 concerts à la clé et presque 150.000 albums vendus. Un album live, "En Vie", et une quarantaine de dates sont prévus pour célébrer l'événement. On peut les voir à Paris, entre autres, le 11 juin à l'Elysée Montmartre et au cours de l'été sur plusieurs festivals.

Le batteur Mathieu Morel déjà présent sur la tournée continue son chemin avec la Tordue puisqu'il fait aussi partie de l'équipe qui participe au nouvel album qui sort en novembre 2002 chez Sony. "Champ libre" propose douze nouveaux titres réalisés par Loo & Placido (Kekeland de B.Fontaine) qui se promènent entre reggae, ska, tourneries en tout genre, etc. Fidèle à ses idées empruntes d'altruisme, la Tordue écrit un morceau intitulé "Le Pétrin" dénonçant la "double peine" (Loi qui oblige les étrangers résidents en France à retourner dans leur pays d'origine après avoir purgé une peine de prison dans l'Hexagone). Chantée dans une dizaine de langues, cette chanson rassemble des artistes comme les Femmouzes T (qui par ailleurs interprètent aussi dans ce disque "le Zèle des îles"), Lo'jo Triban, Magyd Cherfi de Zebda, Sergent Garcia, Dezoriental et Danyel Waro.
L'autre chanson phare est le premier extrait de l'album, 'l'Heureux Mix", soit un assemblage étonnant de bribes de chansons qui vont de Brassens à Bob Marley en passant par Marlene Dietrich.

Les membres de la Tordue doivent sûrement leur succès à leur curiosité qui dépasse de beaucoup la seule musique. Littérature, poésie, et arts graphiques, leur travail transpire d'une très riche inspiration artistique le tout enrobé d'une impertinence et d'un franc-parler poétique que n'aurait pas reniés Georges Brassens.

 

Leur Discographie:

   1995 Les Choses de Rien      1997 T'es Fou

   2000 Le Vent t'invite             2001 En Vie

   2002 Champs Libres

Posté par demostene à 17:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 novembre 2004

Casse Pipe, un groupe Briochin

cassen.gif (1668 octets)



Louis Pierre GUINARD
Cordes Vocales

1977 Il officie au sein de la Mirlitantouille , groupe de musique traditionnelle bretonne qui écume la Bretagne, la France, l'Europe et deux fois le Québec. Le groupe se dissout en 1981.

Il crée, en 1983, Bal perdu avec JP Brochard au piano. Le groupe qui récrée " l'ambiance rutilante du cabaret berlinois ", fait une carrière remarquée dans le monde de la chanson. L'expérience s'interrompt tristement en 1988. Le répertoire de Bal perdu servira en partie pour former celui de Casse Pipe avec un penchant plus marqué pour la chanson réaliste ( Damia, Marie Dubas, Marianne Oswald...).

 


Philippe ONFRAY

Accordéon

Il apprend l'accordéon qu'il peut utiliser très tôt sur les planches de la guinguette familiale en banlieue parisienne... Mais les "Jacques Dutronc" du nouveau juke-box l'écarteront de ce futur tout tracé... venu en Bretagne en 1988, il reprend assiduement l'accordéon pour former Casse Pipe en 1990.

 


Gil RIOT

Guitares

Première apparition, en 1981, sur la scène musicale Rennaise avec P 38 en tant que guitariste, puis les Conquérants, en tant que chanteur, compositeur, guitariste. Tournées en première partie des Fleshtones et des Inmates. Collaboration épisodique à la guitare avec les Kalashnikov. En 1990, retour à Rennes en solo sous le pseudonyme de Dizzy Roméo. Tournées avec Marc Seberg et Dominic Sonic. Constitution du groupe Dizzy Roméo entre autre Tonio Marinescu et Philippe Onfray. Par affinité avec les thèmes abordés par Casse Pipe il intègre le groupe en 1992.

 


Tonio MARINESCU

Batterie

"Pilier" de la scène rock Rennaise dès 1979 avec les Kalashnikov, futur Dominic Sonic. Puis ce sont les Nus avec le chanteur Christian Dargelos, fondateur de Marquis de Sade. Et aussi ensuite le mythique Coyote Pass. Avec Dizzy Roméo et Casse Pipe en 1992.
Egalement graphiste et peintre il expose régulièrement et participe aux décors et aux graphismes du groupe.

 


Christophe MENGUY

Basse acoustique

Guitariste de plusieurs groupes ( Gogo No Eko, Sam and Duv...), il fonde Docteur Mabuse en 1989. Il compose différentes pièces musicales pour des manifestations artistiques ( expositions, vidéos ). Séduit par l'univers de Casse Pipe, il apprend le répertoire à la basse acoustique et intégre le groupe en janvier 1995.

 


Daniel PABOEUF

Saxophones

Il participe à l'effervescence rennaise du début des années 80 ( Marquis de Sade, Anches doo too cool Duo avec Philippe Herpin, Sax Pustuls, Ubik, Tohu Bohu ) où il croise Tonio Marinescu.

Il a enregistré avec de nombreux groupes ou artistes, notamment La Mirlitantouille, Etienne Daho, Niagara, Françoise Hardy, Mory Kanté etc...

Il a tourné avec Etienne Daho, Afrikaa Bambatta, Yma Sumac. Après l'échec de son dernier groupe, Le Train Fantôme, il retourne en Bretagne en 94 pour se consacrer à l'enseignement et au Duo qu'il forme avec son frère " Il monstro ". Il participe à l'enregistrement du " Café du Siècle " et intègre le groupe pour l'enregistrement de " La Part des Anges ".

Leur discographie:

CASSE PIPE

" Viva la muerte "

cdvivalamuerte.jpg (5199 octets)

 

Après la reconnaissance unanime ayant suivi la sortie de " café du siècle ", les briochins nous offrent sous cette superbe enveloppe (pochette et CD façon 45 tours d'époque !) : leur hit " Viva la muerte ", un remixe de " Stilitano ", 2 inédits (" Monsieur Tout Blanc " et " Je bande pour le crime "), couronné d'un livre d'anthologie de " Tout fout l'camp ", capturé lors de leur passage aux transmusicales de Rennes. Une pièce de collection !

  1. Viva la muerte, extrait de "Café du siècle"
  2. Stilitano, extrait de "Chansons noires, tome 1"
  3. Tout fout l'camp, enregistré en public à l'UBU, Rennes
  4. Monsieur tout blanc
  5. Je bande pour le crime

"VIVA LA MUERTE",
sortie novembre 96

Prod. KERIG

 

CASSE PIPE

" Tome 1"

Casse_pipe-Tome1b.jpg (2808 octets)

 

Si vous aimez le français joliment troussé, les histoires de pochtrons lucides et la poésie fin de siècle, vous adorerez les Casse Pipe, avec leur mélodie pleine de reflets savoureux. Interprêtes de haut vol, ils donnent un coup de fouet revigorant àla chanson réaliste et alternent dans ce premier album hommage à Jean Genet, reprises chamboul'tout de Mariannne Oswald ou Fassbinder.

  1. Salle U
  2. Foutu dimanche
  3. Stilitano
  4. La coco des enfants sages
  5. Carnaval
  6. La chanson de Mac Orlan
  7. Le tango à cran d'arrêt
  8. Toilettes romanes
  9. Jolie Nanon
  10. L'étoile rose
  11. Les escaliers
  12. La complainte de Kesoubah
  13. Tout fout le camp
  14. Bar Baille

CHANSONS NOIRES, Tome 1",
sortie décembre 1993

 

CASSE PIPE

" Café du Siècle"

Casse_pipe-cafe1.jpg (5843 octets)

 

Difficile de ne pas se mêler au concert de louanges qui a salué la sortie de ce second album, qui oscille entre poésie et mélancolie, entre reprises judicieuses et compositions astucieuses. La production est sobre, l'accordéon est bien présent sans être envahissant. Casse Pipe, c'est l'archétype de la nouvelle scène française, qui brise les clivages entre rock et chanson. Et dans un courant musical où les opportunistes sont légion, le " café du siècle " respire l'honnêteté.

  1. Foulard noir
  2. L'eau écarlate
  3. La misère
  4. Pull over
  5. Les gens
  6. Moi j'm'ennuie
  7. Viva la muerte
  8. Les corbeaux
  9. Les fœtus
  10. État critique
  11. Opium
  12. Mélécass
  13. Sortir ce soir
  14. La fille du "siècle"

"CAFÉ DU SIÈCLE",
sortie décembre 1995


Prod. KERIG

 

CASSE PIPE

" La Part des Anges"

pochet.jpg (8740 octets)

 

Cet album de Casse Pipe comporte douze titres. Jean Genet est toujours présent. De nouveaux auteurs : Sylvie Rouch (auteur de romans noirs) et Christian Caujolle (photographe, directeur de l'Agence VU) et surtout un nouveau membre dans le groupe Daniel Paboeuf.

  1. Volutes gitanes
  2. La trace
  3. Fréhel
  4. Le fil du rasoir
  5. Détournement de voyageurs
  6. A Maurice Pilorge
  7. Tout doit disparaître
  8. Les dortoirs
  9. Les anges
  10. Les petits pavés
  11. Pas d'pot
  12. Le fleuve
  13. Voyage en Palestine


Prod. KERIG

 

CASSE PIPE

" Casse Pipe"

Dernier album de Casse Pipe

  1. Litanies de mon triste coeur
  2. Létales morsures
  3. Début d'exil : il pleut
  4. La nave va
  5. Juliette
  6. les villes mortes
  7. La mélancolie
  8. Noël noir
  9. Little circus
  10. partout
  11. Singapour
  12. Lundi pénible
  13. Juliette little circus
  14. Nibergue

 

Litanies de mon triste coeur
Imprimer la chanson Litanies de mon triste coeur de Casse Pipe à partir d'une fenêtre en mode texte et sans publicité  :-) Envoyer le texte Litanies de mon triste coeur de Casse Pipe à un ami
Paroles: Jules Laforgue


Mon coeur repu de tout est un vieux corbillard
Que traînent au néant des chevaux de brouillard.

Prométhée et vautour, châtiment et blasphème,
Mon coeur est un cancer qui se ronge lui-même.

Mon coeur est un bourdon qui tinte chaque jour
Le glas d'un dernier rêve en allé sans retour.

Mon coeur est un gourmet blasé par l'espérance
Qui trouve tout hélas! plus fade qu'un lait rance.

Mon coeur est un noyé vidé d'âme et d'espoirs
Qu'étreint la pieuvre Spleen en ses mille suçoirs.

Mon coeur est une horloge oubliée à demeure
Qui bien que je sois mort s'obstine à sonner l'heure.

Mon coeur est un ivrogne altéré bien que saoûl
De ce vin noir qu'on nomme universel dégoût,

Mon coeur est un terreau tiède, gras, et fétide
Où poussent des fleurs d'or malsaines et splendides!

Mon coeur est un cercueil où j'ai couché mes morts...
Taisez-vous, airs jadis chantés, lointains accords!

Mon coeur est un tyran morne et puissant d'Asie,
Qui de rêves sanglants en vain se rassasie.

Mon coeur est un infâme et louche lupanar
Que hantent nuit et jour d'obscènes cauchemars.

C'est un feu d'artifice enfin qu'avant la fête
Ont à jamais trempé l'averse et la tempête.

Mon coeur.... Ah! pourquoi donc ai-je un coeur ? Ah! pourquoi
Ma vie et l'Univers ? la Nature et la Loi ?
Litanies de mon triste coeur
Litanies, litanies...
 
 
 
Leur site officiel:
 
Mais aujourd'hui:
 

La pipe est cassée

Le groupe casse pipe, c'est fini. Pour le chanteur Louis Pierre, l'aventure continue avec la sortie de l'album, "la halle aux passions".

La voix rauque et grave de l'artiste sert toujours une écriture travaillée où l'imaginaire littéraire ont une place de choix. avec une remarquable expressivité, Louis Pierre enjolie les mots et maux.


1. Week end à Rennes
2. Les dettes
3. Le pays des éclaircies
4. Massacre
5. Groix
6. La pipe cassée
7. La batelière
8. L'hsitoire
9. Chateaux et donjons
10. La chanson que j'aime
11. Le sang des amants
12. Un homme blessé
 
La voix est toujours là, les sonorités bretonnes (cornemuses ...) ravivent les racines de ce chanteur. A suivre ...

Posté par demostene à 21:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 novembre 2004

Nouvelle image 3D

Celui ou celle qui trouve ce qui se cache en 3D sur cette image gagne ..... mon estime !!

Envoyez-moi vos réponses en commentaire

 

Posté par demostene à 23:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Garage Rigaud: Pièces et Main d'Oeuvre

Il y a dans ce quartet un bruit de moteur qui tourne rond, rappelant les cylindrées du genre, Tête Raides ou la Tordue.
Une belle mécanique qui désosse la réalité, ausculte des pannes de sentiments et conduit aux frissons.
Sortis des sentiers rocks poitevins, Hervé Rigaud en conducteur de mots, Muriel Cravatte en co-pilote de l'accordéon, Alexandre Authelain en mécanicien-clarinettiste et Cyril Hernandez en garagiste-percussionniste, nous mènent sur une route jonchée de petites histoires décalées et de plaisants coups d'accélérateur sonore.

Leur discographie:

   1998: Le Garage Rigaud

   1998: Eponyme

   2002: La Compagnie du Garage

   2003: La Concession

Clique ici pour accéder à leur site:

Posté par demostene à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2004

Attention Humour Grave

 

Les WRIGGLES

Une guitare. Cinq voix. Des costumes rouges.
Du theâtre musical humoristique ?
De l'humour theâtral en chanson ?
De la chanson theâtralisee à l'humour ?
Les Wriggles ont tellement melange
les genres que plus personne ne s'y retrouve
et que tout le monde s'y reconnaît.

Ce sont des chants nullilistes,
des polyphonies punks, des raps
acoustiques, des contes pour enfants,
Violents, debiles,satiriques,absurdes,
poetiques, drôles et pathetiques.
Toujours rouges dans les costumes
et parfois noirs dans les propos,
les Wriggles font beaucoup de choses
et beaucoup de choses font les Wriggles.

Cinq comediens auteurs-compositeurs
issus de l'ecole de la rue Blanche
pour un spectacle burlesque musical sans decor.
Le cinquième depuis la creation de la compagnie
Quidam qu'ils fondèrent en 1994,
après diverses expériences dans le cirque,
le cinéma et le théâtre.

Leur discographie:
 

   1997 Justice avec des Saucisses

   1999 Les Wriggles partent en live

   2002 Ah Bah Ouais mais Bon

clique ici pour visiter leur site 

Posté par demostene à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2004

ARNO: le chanteur Belge déjanté

C'est du Belge, mais du Bon

Un condensé de Brel, Brassens, Bashung, Bécaud, Bézu (non là j'déconne),

Barbara .... Mais pourquoi il s'appelle Arno ?

Clique dans la caisse de cannettes et visite son site, tu comprendras

 

Celui qui chante "Let's get stones/Music is the dope", et qu'on a beaucoup comparé à tout le gratin musico-alcoolisé façon Gainsbourg ou Tom Waits, est avant tout un des interprètes les plus bouleversants du paysage musical européen. Sa voix, son humour ou sa "rock'n'roll attitude" font de lui un interprète hors pair. Et à l'ère du remix techno-glacé, ses reprises de Brel ou d'Adamo restent des petits bijoux musicaux.
 
  C'est en Belgique flamande à Ostende que naît Arno Hintjens le 21 mai 1949. Sa mère est une femme dans le vent qui aime Gréco et le rock'n'roll. Quant à son père, aviateur et mécanicien dans l'aéronautique, c'est un homme qui aime la politique et la littérature américaine. Mais cependant, Arno est en partie par sa grand-mère et ses tantes.

Dans les années 60, Arno voyage en Asie et effectue le rituel séjour à Katmandou. On l'aperçoit aussi chantant à St Tropez, dans les îles grecques ou à Amsterdam. Indéniablement branché musique, il chante pour la première fois sur une scène lors d'un festival d'été à Ostende en 1969. Suite à ça, il fait ses armes au sein de groupes dont Freckle Face entre 72 et 75 dans lequel il tient l'harmonica. Après un unique album auto-produit en 75, Arno quitte le groupe pour un autre, Tjens Couter. C'est en fait un duo qu'il partage avec Paul Decouter. Comme dans Freckle Face, le répertoire est plutôt rhythm'n'blues et de toute façon, très anglo-saxon.

TC Matic

Vers 1977, Arno et Decouter forment TC Bland avec Ferre Baelen et Rudy Cloet. Le groupe connaît une certaine notoriété et tourne beaucoup à travers l'Europe. Mais en 80, rejoints par Serge Feys aux claviers, la formation devient TC Matic, un des groupes les plus novateurs du rock européen de cette époque. Rapidement, Decouter est remplacé par Jean-Marie Aerts, qui restera l'un des compagnons de route d'Arno. Européens, ils le sont vraiment. Leurs tournées traversent régulièrement la Scandinavie, l'Angleterre, la France, la Belgique, les Pays-Bas ou l'Allemagne. Au cours de l'été 81, sort un tout premier album éponyme. Puis, sur le label EMI, ils enregistrent plusieurs albums dont "l'Apache" en 82. Certains de leurs titres comme "Elle adore le noir" ou "Putain putain" restent encore aujourd'hui des compositions phares de l'époque.

En 85, ils assurent la première partie de la tournée européenne des Ecossais de Simple Minds. Mais 85 marque aussi la fin de TC Matic qui cesse définitivement d'exister en 86.

Arno se lance alors dans une carrière solo avec un premier album à son nom dès 86. Enregistré avec une partie des musiciens de TC Matic et entièrement composé par Arno, l'album est essentiellement en anglais. Un seul titre en français sort du lot, "Qu'est-ce que c'est ?", dont l'unique texte est "Qu'est-ce que c'est ?" répété une bonne quarantaine de fois.

 
  Solo

Au cours de toutes ses années au sein de différents groupes, Arno s'est forgé une solide notoriété sur la scène musicale. Son talent d'interprète est déjà largement reconnu. Quant à sa personnalité un peu sauvage et tout en cassures, elle le place parmi les artistes les plus remarqués de la scène rock. Dans sa nouvelle voie solitaire, Arno n'a donc pas trop de mal à s'affirmer dans le paysage musical.

Dès 1988, il sort un second album, "Charlatan", encore essentiellement en anglais. On y trouve cependant "Le Bon Dieu", une sublime reprise du plus fameux des chanteurs belges, Jacques Brel. Deux ans plus tard, installé un temps à Paris, il sort "Ratata". De ce disque presque entièrement écrit avec Jean-Marie Aerts, on se souvient de "Lonesome Zorro", entêtante mélodie soutenue par la voix de sa choriste Beverly Brown. Le 26 juin 1990, Arno monte sur la scène parisienne de la Cigale.

En 1991, Arno contribue à l'album de sa compagne Marie-Laure Béraud sur un titre, "Tout m'est égal". Parallèlement à son parcours solo, Arno ne dédaigne pas replonger dans quelques expériences collectives. C'est ainsi qu'en 91, on le retrouve au sein de Charles et les Lulus pour un album éponyme. Entouré de Roland Van Campenhout et d'Adriano Cominotto, il reprend des classiques du blues de Willie Dixon, Sonny Boy Williamson ou Rufus Thomas.

Du blues, Arno passe directement à Nashville pour enregistrer son nouvel album en 1993, "Idiots savants". Après Brel, c'est à Adamo, autre célébrité de la chanson belge, qu'Arno emprunte un des plus fameux titres, "les Filles du bord de mer". Cette nouvelle reprise confirme le talent indéniable pour redonner une nouvelle vie à d'anciennes chansons. Cette dernière reste d'ailleurs une des plus belles interprétations du répertoire d'Arno.

Le 16 février 1994, c'est sur la scène de l'Elysée Montmartre qu'Arno fait une escale parisienne.

 
  Français(e)

Après Charles et les Lulus, nouvelle parenthèse collective avec Arno et les Subrovnicks en 94. C'est entouré d'anciennes connaissances, Adriano Cominotto (ex-Lulu), Rudy Cloet (ex-TC Matic) plus Geoffrey Burton et François Garny, qu'Arno enregistre l'album "Water" dans le Sud-Ouest de la France.

Toujours en 94, Arno se lance dans la musique de film avec "Personne ne m'aime" de la Française Marion Vernoux. Le milieu du cinéma ne lui est pas inconnu et déjà en 78 en Belgique, il avait écrit la musique du film "le Concert d'un homme seul".

Après plus de 20 ans de carrière essentiellement anglophone, Arno sort en 1995 son premier album intégralement en français. Treize titres co-signés avec Jean-Marie Aerts ou Ad Cominotto. On retrouve la reprise de Brel, "le Bon Dieu" ainsi que deux nouvelles, "Elle pense à lui" de CharlElie Couture et surtout "Comme à Ostende", signée Léo Ferré et Jean-Roger Caussimon. Arno atteint les classements de meilleures ventes avec l'extrait "les Yeux de ma mère". L'album privilégie le mélange des genres, du tango au jazz en passant par un blues auquel la voix d'Arno donne toujours une texture particulière.

Le 13 décembre, Arno est au Bataclan de Paris avant d'entamer une tournée qui traverse la France, la Suisse, mais qui s'envole aussi aux Etats-Unis puisqu'il chante à New York et à Austin, Texas.

L'année suivante, on retrouve Arno dans les sphères cinématographiques mais en tant qu'acteur. Il joue un maître nageur homosexuel dans "Camping Cosmos", le film du Belge Jan Bucquoy, réalisateur du très remarqué "la Vie sexuelle des Belges".

Retour sur scène en octobre 96 avec une soirée à l'Olympia le 7. Un album live sort d'ailleurs dès l'année suivante, "Arno (en concert à la Française)" qui reprend les meilleurs moments de ses tournées. Un album en anglais sort aussi en 97, "Give me the gift", mais destiné seulement au marché américain. Enfin toujours en 97, L'acteur Michel Piccoli lui donne un rôle dans "Alors Voilà". Arno en écrit la bande originale.

 
  Définitivement Rock

De Charles et les Lulus, Arno passe à Charles and the White Trash Blues en 98. Au sein de ce nouveau groupe occasionnel où on retrouve le guitariste Geoffrey Burton, il offre un album entre blues et rock et dont les reprises, désormais habituelles dans son répertoire, vont cette fois des Kinks à Nina Simone.

En 99, c'est toujours autour d'une reprise qu'on le retrouve. Mais cette fois c'est en tant qu'invité sur l'album de l'Américaine, installée en Belgique, Beverly Jo Scott. Ensemble ils signent un titre réjouissant qui fait la synthèse de "la Fille du Père Noël" de Dutronc et de "Jean Genie" de Bowie.

Un nouvel album paraît fin août 99, "A Poil Commercial". Toujours dans une veine blues-rock, ce disque met une fois de plus en valeur la voix façon "whisky-clope" d'un chanteur tendre et attachant. Une tournée de 170 dates s'ensuit tout au long de l'année 2000. En octobre, après un des derniers concerts à Prague, le chanteur est invité par la Cité de la musique à Paris pour une carte blanche lui permettant de monter un spectacle au contenu de son choix. Sans invités, et avec son groupe habituel, il donne pour l'occasion, et pendant trois jours, un bal rock classieux et chaleureux applaudi par un public tout acquis. Un mois plus tard, sort une compilation qui résume 30 ans de carrière.

Le 26 février 2002, Arno est de retour avec un album à son image : rock et attendrissant. Intitulé "Arno Charles Ernest", le CD renferme 15 titres plus acoustiques dont un duo avec Jane Birkin ("Elisa") et une reprise des Rolling Stones, "Mother's Little Helper". Très vite, il entame une tournée avec un passage à l'Olympia de Paris le 8 mars.

Tiens, une de ses chansons (pas la moindre): Les Yeux de ma Mère

Ma mère elle a quelque chose
Quelque chose dangereuse
Quelque chose d'une allumeuse
Quelque chose d'une emmerdeuse

Elle a des yeux qui tuent
Mais j'aime ses mains sur mon corps
J'aime l'odeur au-dessous de ses bras
Oui je suis comme ça

Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière
Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière
L'amour je trouve ça toujours
Dans les yeux de ma mère
Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière

Ma mère elle m'écoute toujours
Quand je suis dans la merde
Elle sait quand je suis con et faible
Et quand je suis bourré comme une baleine
C'est elle qui sait que mes pieds puent
C'est elle qui sait comment j'suis nu
Mais quand je suis malade
Elle est la reine du suppositoire

Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière
Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière
L'amour je trouve ça toujours
Dans les yeux de ma mère
Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière

Ma mère a quelque chose
Quelque chose dangereuse
Quelque chose d'une allumeuse
Quelque chose d'une emmerdeuse

Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière
Dans les yeux de ma mère
Il y a toujours une lumière
Dans les yeux de ma mère.

 

Putain !!!


C'est pas sur TF1 qu'on entends ça

 

Posté par demostene à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2004

image cachée en 3D (bis)

Bon, devant ce succès (de ceux qui voient) et les insultes de ceux qui ne voient pas (les plus nombreux)

Je vous donne une nouvelle image 3D, vous devriez y voir un golfeur (si, si)

Posté par demostene à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

image cachée en 3D

Fixez bien cette image en faisant la mise au point "derrière"

Vous allez voir apparaître un banc de poissons, sinon, consultez un ophtalmo

 

Posté par demostene à 16:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Y'a pas qu'Astérix dans la vie

Surtout que depuis que Gosciny (LE MAITRE scénariste) est privé de potion magique, le pauvre Uderzo (qui a pourtant encore un joli coup de crayon) ne produit plus que des navets.

Dans l'univers de la BD, il y a de vrais artistes. En voici un: François Bourgeon, et une de ces oeuvres: Les Passagers du Vent:

    

 



François Bourgeon est né à Paris en 1945. Il poursuit des études classiques, perfectionne son dessin dans divers ateliers, puis passe le concours d'entrée à l'école des Métiers d'Art d'où il sort après trois ans d'études avec un diplôme de maître verrier. Sa première histoire en BD paraît en 1972 : L'ennemi vient de la mer dans Lisette (à la fermeture du journal, il passe chez Fleurus). Brunelle et Colin sont publiés dans Djin. Parallèlement, il collabore à Pif pour mettre en images La vouivre de Bernard Clavel ou des extraits de Jules Verne, etc... En 1978, les éditions Glénat proposent à François Bourgeon d'éditer Brunelle et Colin en album et lui offrent la possibilité de commencer une série dans la revue Circus. Ainsi démarrent "Les Passagers du Vent". Le premier album, La fille sur la dunette lui valut un Alfred à Angoulême en 1979, puis suivirent Le ponton, Le comptoir de Juda, L'heure du serpent et Le bois d'ébène. Il entreprend une autre série aux éditions Casterman sous le titre "Les Compagnons du Crépuscule" en trois volumes : Le sortilège du bois des brumes, Les yeux d'étain de la ville glauque et Le dernier chant des Malaterre. En octobre 1993, né d'une collaboration avec Claude Lacroix, paraît aux éditions Casterman le premier des deux ouvrages consacrés au "Cycle de Cyann" : La source et la sonde. Le second tome, Six saisons sur Ilo paraîtra en octobre 1997. En 1994, sera rééditée la série "Les passagers du vent" qui fait figure de grand classique, proposée dans une version nouvellement photogravée laissant mieux voir le travail originel de mise en couleur de l'auteur.

Six saisons sur ilO obtient :
L’Alph-Art du public lors du Salon d’Angoulême en 1998
Le Prix Ozone catégorie Bande-dessinée en février 1998.



les albums de François Bourgeon


 11 titres

Les compagnons du crépuscule  
- Le sortilège du bois des brumes  
- Les yeux d'étain de la ville glauque  
- Le dernier chant des Malaterre  
Le cycle de Cyann  
- Six saisons sur Ilo t.2
- La clé des confins  
- La Source et la Sonde t.1
Les passagers du vent  
- La fille sous la dunette  
- Le ponton  
- Le comptoir de Juda  
- L'heure du serpent  
- Le bois d'ébène

Posté par demostene à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2004

Castafiore Bazooka

4 filles qui vont vous surprendre

Cliquez sur le nom pour accéder à leur site

Posté par demostene à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2004

28.05.04

L'ALBUM LIVE DE TETES RAIDES DANS LES BACS LE 8 NOVEMBRE

Cliquez sur le visuel de l'album

pour découvrir l'e-card !

Après "Viens" (1997), "28.05.04" est le deuxième album live de Têtes Raides.

Ce titre est une date de naissance : un concert, une seule prise, "28.05.04" est un instant saisi à vif au cœur d'une tournée de plus de 100 concerts. Une naissance bouillante : 12 titres bruts sans ajout ni correction, mixés par Jean Lamoot.

Le temps presse et "28.05.04" est un message d'urgence. 45 minutes d'urgence.

Une reprise d'Hexagone de Renaud, un inédit "Artichaud", un voyage éclair dans l'histoire discographique du groupe depuis les premiers assauts furieux de "Moon is a pancake" aux radicales envolées poétiques du dernier album "Qu'est ce qu'on s'fait chier".

Lancé dans un pays que certains travaillent à endormir "28.05.04" est un enfant électrique, énervé, colérique et terriblement amoureux.

Envoyer cette page à un ami | Se désinscrire


 

Pour écouter "Hexagone"

le premier extrait de l'album

 

En haut débit cliquez ici

En bas débit, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

 

Le site des Têtes Raides http://www.tetes-raides.tm.fr/

 

Le site de tôt ou tard http://www.totoutard.com

 




Please include the lines below in any replies:

ID: I=35737&M=805&C=1168517897&E=11210276

Posté par demostene à 13:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2004

Tous Feux Tout Flamme

Puisque tout le monde (ou presque, y'a pas que des boeufs chez les caisseux) roule phares allumés.

Motards!! Voici la solution pour qu'on vous voit:

Mais attention à la concurrence

 

Posté par demostene à 00:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2004

Jane Birkin s'émancipe

 

Ce n'est pas son dernier album. Les chansons sont encore, et pour la dernière fois (?) de Serge Gainsbourg. Il semble que Jane ait enfin fait son deuil. Cet album est splendide:

La voix de Jane, la poésie et la musique de Serge, les arrangements et sonorités arabes... A écouter les yeux fermés.

Les titres:

Elisa
Et quand bien meme
l'amour de moi
couleur cafe
Anno "Close to the River"
Depression au-dessus du jardin
Valse de Melody
Haine pour ame
Amour des feintes
She left home (Instrumental)
Les dessous chics
Les clefs du paradis
Fuir de bonheur
Comment te dire adieu
Baby alone in Babylone
La javanaise

 

Son dernier, vous le trouverez là:

Ne ratez pas le duo avec Mickey 3D

 Sa Discographie:

 


Posté par demostene à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gérard Blanchard: Le Taciturne Cromagon

Même s'il vient tout juste de se réconcilier avec elle dans son dernier album, "Rock Amadour" sera LA chanson qui l'aura à la fois fait passer à la télé (y'a longtemps) et enfermer dans la catégorie variétés.

Blanchard, c'est vraiment autre chose. C'est du Rock Français Alternatif (va expliquer ça au blaireau de la FNAC qui s'obstine à le ranger à côté de Barbelivien)

Blanchard, c'est la poésie et les mots déjantés d'un Bashung d'avant Bashung. Il est à dé(re)couvrir. Aperçu de sa discographie:

 1981: Troglo Dancing     1987: Amour de Voyou

 1989: Moteur de la Vie   1991: Clochard Milliardaire

 1997: S'la Joue Solo      1998: Taciturne Cromagnon

 2003: La Migraine du Moineau

 

Posté par demostene à 14:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 novembre 2004

Pétition de soutien aux journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, ainsi qu'à leur guide Mohammed Al-Joundi

Cliquer sur la photo pour accéder à la pétition

 

Posté par demostene à 15:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Y'a des jours comme ça où on est inquiet, va savoir ...

Posté par demostene à 11:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 novembre 2004

Et si on n'en reprenait pas pour 4 ans ?

Il révise le bougre

Et il voit loin !

Bon, d'accord, la grippe du poulet c'est lui ... mais pas la vache folle quand même

Ah bon ? Ben ça alors !!

 I'm the best !

Heu, George, comment te dire ...

J'ai trouvé un nouveau look pour faire peur à Kerry

 

Posté par demostene à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2004

Halloween

Attention aux bonbons fourrés !!

Boire ou voler, il faut choisir ou ...


Posté par demostene à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2004

Pleins Phares sur la Connerie

Un jour, le gouvernement a imposé aux 2 roues de rouler phares allumés pour qu'ils soient mieux vus des automobilistes.

Demain, ce même gouvernement "recommande" aux automobilistes d'allumer leurs feux de route en plein jour.

Cyclistes, Cyclomotoristes, Motocyclistes, Patinettistes .... Souscrivez à une assurance-vie

Clique sur la photo pour plus d'infos

Posté par demostene à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gaffe !!

N'emmenez pas vos enfants dans un parc de loisirs trop près de la mer !

Posté par demostene à 15:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]